Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je te vois marchant dans la vague

portée par ta lumière

l’écume (assourdissante) te prenant par la main

l’horizon qui pourrait bien

retenir le train des heures

a mal comme moi

le doigt

sur l’interrupteur de l’orage

Je viens de voir dans l’arc électrique

soumise à la tension du monde

la mer comme une folle

envoyer ses larmes

contre les digues

dans le miroir de l’eau

les mouettes et les marins

embrassent le reflet du vent

Le soleil tient sa goutte de sang

à l’exact lever de nos têtes

et tu avances dans la vague

comme si tu ne devais

jamais mourir

en tout cas pas comme ça

pas fracassée par la nuit

contre les blockhaus du sommeil

Pas aussi vivante

dans le courage de tes yeux

pas aussi belle

dans le rire de tes chevilles

et ton sourire

au fond des dunes

pas aussi proche

de livrer tes secrets

Le monde est un poncif

contre sa destruction

pourtant nous n’étions pas

oiseaux de mauvais augure

mais plutôt caravelles

lancées dans les courants d’air

porteurs d’espoir

nous accumulons informations

banques de données datawarehouses

et méthodes de calcul

Nos algorithmes pleurent

comme les vielles femmes veillent un mort

la clé du monde est au café d’en face

(putain, Francis, y-a-plus de café !)

Swot une stratégie entre

menaces et opportunités

la mort en tant que menace

l’amour comme opportunité

Nous épuisons nos forces

et pleurons nos faiblesses

quand je te vois

signant ta vie

à l’encre bleue des rêves

ne voulant rien raturer

ni rajouter

au beau prénom de ton corps

ayant pris soin de toutes les lampes blessées

des rouges-gorges de l’hiver

de ceux qui dorment sur les trottoirs

des princes du pognon

S’étant agenouillée parfois

jamais par peur

et pour partager la faim et l’ombre

avec ceux qui ne croient pas

mais pratiquent un peu

ce qu’on appelle le sentiment de Dieu

ayant porté ta contribution au paysage

à la création collective des villes et des campagnes

ayant plus d’un carrefour à ton actif

où les chemins attendent de s’envoler

Je te vois toujours seule dans la mer

hssant le pavillon de ton amour

tes lèvres salées menacent le mensonge du monde

ta force tranquille

comme celle de la colombe des poèmes anciens

encore les satellites au dessus

scrutent et rapportent tes faits et gestes

tous les missiles pointés sur toi

j’écris pour toi

le même poème depuis l’origine

j’écris dans la cavalcade de la vie

Les étés brûlent en nos cœurs malheureux

des bannières

des étoffes froissées de liberté

des chants qui auraient pu être joyeux

et faire du bien aux territoires de l’existence

les étés voient nos veines comme des fils dénudés

les paroles pendues au bout des fils

la radio crépitant de l’intérieur des pick-up

les étés voient nos peines

alignéees sur les murs

et nos joies qui attendent

Je te vois

portée dans le grand silence

des cathédrales

avec une foule dont on ne devine

que les lèvres bouger

on croit entendre au loin le fleuve

qui coule depuis ton enfance

sur les bords de ta vie

un jeune homme écrit sur ton mur

les mots qu’il te faudrait pour vivre

à jamais

Dans le monde, il y un grand combat

taureau debout regardant

droit dans les yeux le soleil

avant de s’effondrer dans son ombre

emportant avec lui dans sa nuit

le mystère de la lumière

et la poussière des clameurs

taureau toujours debout dans la lumière

toujours debout

Tu lui donnes ta force

l’exact midi de la justice

le partage du clair et du sombre

la différence des choses

Tu lui donnes ce qui nous manque

si tu pouvais tu lui donnerais tes mots

mais il n’en a pas besoin Taureau

qui renaît de ses cendres

Taureau

et qui toise l’arène comme un Dieu

Il nous faut toujours reprendre

le fil de cette histoire

se raccorder aux séquences émouvantes

faire le montage d’après photos

le monde est une bande dessinée

on récite on gomme on oublie

où les vignettes sont un peu usées

et les héros mythiques qui

avec nous chantaient

Where are all the flowers gone ?

Mais où sont-ils, mais où sont-ils passés ?

Tag(s) : #video

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :