Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et cela vient d’Orient sur les bouches humaines par le vent des flûtes le souffle bleu des collines quand fume la mer l’opium gris des raisins d’amiante l’accent se répand comme un fleuve de fleurs l’accent épice des langues les poètes conseillent de le manger cru à jeun petite gousse d’ail et les poètes écoutent la chaleur désir de la terre et rien ne leur échappe ce que chante le grillon furieux le micro des cigales électriques l’annuaire électronique des herbes folles et quand on leur parle de poésie répondent Allez-y emportez avec vous le goût du monde mâchez lentement comme une chewing-gum cosmique et tournez avec lui aussi vite que lui Déclarez vous au soleil déclarez vous à la lune dansez sur le parking de l’univers ils se voyaient déjà mordre les étoiles leurs dents d’ivoire brillaient aux éclats

Bernard Gueit

Un poème déjà ancien, mais qui me fait irrésitiblement penser au peuple grec qui mérite toute notre affection et soutien, dans l'épreuve qu'il subit

Tag(s) : #Vidéo, #Poème

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :