Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean-Pierre Le Boul’ch, le second degré de la peinture

Chorus

La vie de peintre de Jean-Pierre Le Boul’ch (1940-2001)  ne peut pas être dissociée de l’aventure collective à laquelle il participa dans les années soixante. En 1968, Jean-Pierre Le Boul’ch fonde, en effet,  avec Pierre Tilman, Franck Venaille, Daniel Biga et Claude Delmas la revue Chorus dont on peut mesurer aujourd’hui, avec le recul, combien elle s’était révélée visionnaire. Jean-Pierre Le Boul’ch contribua ainsi avec d’autres  à la révélation d’artistes devenus célèbres par la suite, comme Christian Boltanski par exemple.

La vie de Jean-Pierre Le Boul’ch fut agitée, turbulente. Tout jeune, il s’ « évade » de l’école militaire où on l’avait placé avant d’être recherché et récupéré par les gendarmes. Cet esprit rebelle trouva dans la peinture son espace de liberté. Touché par la maladie, il traversa les moments d’exaltation et les dépressions. Enseignant, il proposait un discours aisé, clair, accessible.

 » Tout ce qui peut être dit autrement que par la peinture n’a rien à faire dans une toile. Mais c’est paradoxalement de ce monde du second degré (photos, médias) que j’extrais depuis vingt ans mon propre langage plastique. C’est aussi paradoxalement dans le noir, face à la diapositive, que s’élabore la partie la plus importante de mon travail : le dessin, qui sera ensuite découpé pour devenir pochoir à travers lesquels la peinture sera projetée à l’aide d’un Aérographe. »

Peinture contemporaine

L’artiste avait été très proche des peintres de la Nouvelle Figuration, utilisant les moyens de la photographies notamment comme outil de travail pour la peinture. Travaillant sur le « déjà travaillé » selon sa formule, il développa une oeuvre qui, au-delà des techniques des médias, était avant tout celle d’un amoureux de la peinture. Entre image argentique et peinture, Le Boul’ch  consacra son œuvre à ce va et vient permanent entre peinture et photographie, entre image et réel, tout cela dans une époque où il constatait combien l’art contemporain s’éloignait de la peinture pour aborder d’autres rives. Avec le recul, le travail de Le Boul’ch apparaît aujourd’hui toujours actuel,  confirmant que «  peinture contemporaine » n’est pas un oxymore.

Jean-Pierre Le Boul'ch
Jean-Pierre Le Boul'ch
Jean-Pierre Le Boul'ch
Jean-Pierre Le Boul'ch

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :