Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Valérie Rouzeau partage avec moi le fait d'avoir été édité par les éditions Traumfabrik (La petite fabrique de rêves) que dirigeaient Jeanne Dumas et Francis Krembel.

A part ça , nous aimons Sylvia Plath et nous devons à Valérie Rouzeau de très belles traductions de la poétesse américaine.





 

"Valérie Rouzeau est une poétesse extrêmement reconnue dans le monde des lettres, depuis le bouleversant Pas revoir, qui est l’un des livres les plus justes écrits sur l’expérience du deuil. L’un des livres les plus justes car parvenant à inventer au fur et à mesure une forme qui, en se déployant (et en se déployant de telle sorte qu’elle soit invention perpétuelle), échoue à se construire. Cette forme étant essentiellement faite de brisures, de bafouillage, de silence, de non-dit. Or, c’est là justement la prouesse de l’auteure. Car cette forme est seule à même de pouvoir dire quelque chose de la mort. Dans ses manques manifestes, elle parvient à capturer l’impossibilité dans laquelle se tient tout auteur d’élaborer un discours sur la mort, sur la perte, un discours pouvant rendre perceptible, à quelque niveau que ce soit, le manque foudroyant qui reste dedans le cœur comme un orage, quand quelqu’un de proche, d’aimé, suspend la mélodie de son être dans le grand lointain.

Il y a peu, Rouzeau a publié Vrouz, des sonnets qui n’appartiennent qu’à elle, et qui disent avec une grande humanité (1) et une grande sincérité l’être plongé dans le quotidien, dans son cours, qui le plus souvent remue, jusqu’au tréfonds parfois, quand la méchanceté est de la partie, par exemple.

Rouzeau dit (et, en le disant, implicitement le blâme) ce monde qui étouffe les individualités pour les clouer à l’impératif du paraître, duquel nous ne pouvons sortir qu’en étant aussitôt déconsidérés par nossemblables.

 

« Voilà maintenant suis fixée

J’ai l’âge où un gars défoncé

Dans un métro de nuit bondé

Éructe et me tend un billet

Pas du tout doux pas doux du tout

Un billet rose pourtant mais bouh

Billet de banque de dix euros –

C’est pour t’acheter une teinture –

Je n’ai pas compris tout de suite

N’ai pas saisi du premier coup

Le message en sa vacherie

Quand je suis sortie à l’air libre

La lune éclairait sans scrupules

Les gens les choses jusqu’aux racines ».

 

L’une des singularités de ce recueil, par rapport aux précédents (mais il n’y a nullement rupture), c’est la façon suivant laquelle la poésie de Rouzeau s’inscrit dans le présent le plus présent, dans le quotidien le plus quotidien, composant des sonnets qui sont des instantanés de trajets, de rendez-vous…, d’événements infimes qui font toute la circulation du sang d’une journée…, et qui, en tant qu’instantanés, se veulent le plus justement possible proches de ce dont ils parlent, dans la démarche syncopée du vers, qui traduit le rythme du regard, de la conscience, du retour de la conscience sur elle-même, autant que la marche du temps en avant.

 

« Pendant qu’elle digitale envoie textos

Ses orteils dansent nus vernis vernis nus

Sous son trône d’un moment siège de tram

Elle pianote joliment ses jtm

Sur le bout des doigts ses ongles papillonnent

Rose et noir noir et rose aux mains aux pieds

Gracieuse et concentrée tkt lol dsl

Elle envoie ses textos comme des bulles des baisers

En traversant le paysage de printemps

Les arbres en fleur pommiers pêchers

Peuplés de turques tourterelles

Voie royale vers quel paradis

Est-ce aimer est-ce fragiles abeilles

Émue remuée jusqu’aux orteils ».

 

Et, souterrainement, la poésie de Rouzeau dans ce recueil cherche constamment à dire le monde comme il va (mal), le monde dans son mouvement. Qui est d’incessamment persuader l’être qu’il n’a besoin que du matériel, de la possession de celui-ci, pour s’achever en tant qu’être. S’achever pourresplendir.

Le monde suspend ainsi chaque homme et chaque femme, invisiblement, au-dessus du vide, ne leur laissant aucune place au-dedans, pour l’épanouissement d’une intériorité, d’une unicité.

L’intériorité : cette fleur à l’écart du bruit.

Cette rumeur de fleur, qui n’est pas un nénuphar conduisant à la mort mais qui est simplement une musique intérieure qui peut se lire sur les expressions du visage, qui peut se reconnaître dans les phrases que l’on se renvoie dans la nuit, avec infiniment de délicatesse, quand le respect et l’amour se tiennent la main."

 

Matthieu Gosztola

 

(1) Qui est palpable dans la façon suivant laquelle le poème éclot, sans jamais se départir d’une simplicité qui le rend frère de la parole de silence – quand la bouche se ferme pour laisser parler le cœur en-dedans.

VROUZ, Valérie Rouzeau
VROUZ, Valérie Rouzeau
VROUZ, Valérie Rouzeau
VROUZ, Valérie Rouzeau
Tag(s) : #Livres de poésie, #La salamandre

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :