Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ah que le monde est beau, oh comme le monde est joli ! Si vous ne me connaissez pas, je suis »Lou ravi », vous savez ce petit santon de la crèche provençale qui a toujours les bras levés au ciel comme ça. On m’appelle ainsi parce que je contemple le monde avec ravissement. Je répète à l’envie « Ah que le monde est beau, oh que le monde est joli. »
On m’appelle aussi l’idiot du village, certains ajoutent même « et des environs », je ne les écoute pas ces couillons.

 

Je ne travaille pas, mais j’aime me rendre utile, tous les matins, je grimpe à la colline et là-haut, sur un banc, je monte pour mieux voir, je regarde et j’admire.
 

Je suis le premier à voir le soleil, l’homme a besoin de soleil, de soleil et de poésie. La poésie est le soleil du cœur. Ah si j’avais le don du grand poète qui portait le nom du vent, je vous dirais tout ce qui brûle en moi, tout ce qui fait du bruit comme une fête foraine, tous ces mots qui se meurent à l’orée de la bouche, toute cette vie emprisonnée là comme une  recluse.

Alors pour me calmer, je laisse le monde entrer, je l’accueille comme il se doit tous les jours que Dieu fait. Je regarde le jour pousser la nuit et son cortège sombre, d’un côté les Alpilles, de l’autre la méditerranée, et devant moi mon village et ses splendeurs.

Alors peut-être quelque chose peut commencer.

 

 

Bernard Gueit
Poème extrait du recueil « Sur l’encre noire de la mer »

 

Lou Ravi

Lou Ravi

Tag(s) : #Poème

Partager cet article

Repost 0